alexandre gherban

Machines de poésie :

L'électronique numérisée est un outil qui favorise l'exploration dynamique de plusieurs domaines, pour ce qui me concerne celui de la langue et celui du son organisé (la musique).
Pouvoir approcher simultanément la question du sens est une opportunité qu'il serait dommage de négliger.

Si pour le langage on comprend aisément ce que le sens veut dire, pour les sonorités musicales il en va tout autrement.
Les relations entre ces deux cohérences dans la compréhension du sonore (celui de la langue, celui des sonorités musicales) est aussi un but de ces machines de poésie.

Ces "machines" sont des synthétiseurs virtuels, que je réalise avec les sons des voix enregistrées.

Ils me permettent ou bien de jouer directement avec des sonorités stables, ou bien de "naviguer à vue" dans le son pendant le jeu.

Il s'agit dans tous les cas d'improvisations.
Je joue sur un clavier et enregistre simultanément le résultat.

Les vidéos sont faites ensuite, en amenant les images vers l'improvisation enregistrée.

Elles sont ou bien de Louis-Michel de Vaulchier, ou réalisées en collaboration avec ce poète vidéaste, comme il est mentionné dans les introductions respectives.